Dispatch/Box
Fréquences / disques / photographie / lignes
Black Summer Festival et parution de Vincent Sermet

Par Jeremy Jeanguenin

Voi­là deux sujets inex­tri­ca­ble­ment liés, le pre­mier va donc me per­mettre d’annoncer le second.
D’abord, le Black Sum­mer Fes­ti­val (ça sonne presque comme un Watts Sum­mer Fes­ti­val à la fran­çaise, ça !) accueille­ra au Caba­ret Sau­vage (La Vil­lette) une pléiade d’amis du groove. Admi­rez plu­tôt l’affiche : Roy Ayers (sou­ve­nez-vous ou décou­vrez : Ubi­qui­ty), l’exubérant et colo­ré George Clin­ton déploie son P-Funk accom­pa­gné du Par­lia­ment Fun­ka­de­lic, The Ori­gi­nal Wai­lers (refor­ma­tion autour de quelques musi­ciens ori­gi­naux, ne m’en deman­dez pas davan­tage, je suis le der­nier des spé­cia­listes du sujet !).

Musiques soul et funk en France, tel est le sujet de Vincent Ser­met qui pro­pose dans son ouvrage Les musiques soul et funk : la France qui groove des années 1960 à nos jours, publié chez L’Harmattan (sep­tembre 2008) dans la fameuse col­lec­tion “Logiques sociales” (sous-col­lec­tion “Musique et champ social”) un expo­sé de la récep­tion et de la dif­fu­sion de ces musiques en France. On lui sau­ra gré d’avoir insis­té sur la manière dont fonc­tion­naient les dis­quaires (dis­tin­guant suc­ces­si­ve­ment les phé­no­mènes du mar­ché de l’occasion puis de la réédi­tion), les évo­lu­tions du métier jusqu’à sa qua­si dis­pa­ri­tion : de nom­breux témoi­gnages et entre­vues per­son­nelles étayent ce por­trait d’une France qui a mis du temps à s’ouvrir à la pro­duc­tion afro-amé­ri­caine et encore plus à la pro­duc­tion afro-euro­péenne. L’accent est éga­le­ment mis sur la manière dont les pro­duc­teurs de varié­té ont essayé de récu­pé­rer le concept (un Her­bert Léo­nard ven­du comme pro­duit soul, par exemple !), mais aus­si sur le fait que cer­tains artistes de varié­té ont per­mis d’introduire le style en France, même s’ils le can­ton­naient à des adap­ta­tions en fran­çais sur des ins­tru­men­taux iden­tiques aux ori­gi­naux. De plus, une très hon­nête mis en bouche his­to­rique per­met­tra aux dilet­tantes d’acquérir quelques repères sur le pay­sage de la soul à ses débuts et des prin­ci­pales figures de l’industrie du disque aux Etats-Unis. La biblio­gra­phie est solide. Bref, un ouvrage à saluer, la pers­pec­tive his­to­rique étant ici par­ti­cu­liè­re­ment com­plexe.

D’autres cri­tiques (Jazz Hot, Soul­bag) et infor­ma­tions sont visibles sur sa page mys­pace.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Leave a Reply