Dispatch/Box
Fréquences / disques / photographie / lignes
Saadiq, enfant prodige

Par Jeremy Jeanguenin

 

Raphael Saa­diq, par son pas­sage à Paris (Olym­pia, 9 mars 2012), vient de mon­trer que ni sa célé­bri­té ni ses ventes en têtes de gon­doles de Fnac et autres Vir­gin n’avaient en rien enta­mé son aura. Le musi­cien est venu dans un pre­mier temps nous pré­sen­ter, lové dans un gros sweat à capuche et bon­net sur la tête, sa pre­mière par­tie, The Boo­gie. Groupe assez éloi­gné du style Saa­diq s’il en est, c’est un groupe uti­li­sant prin­ci­pa­le­ment des ryth­miques syn­thé­tiques et samples (la gui­tare sem­blait pure­ment déco­ra­tive). La pres­ta­tion tenait davan­tage du défi­lé de mode Gal­lia­no ou de la cou­ver­ture des Inrocks que d’une jam blues/soul, sans comp­ter une balance dou­teuse. Ain­si soit-il.

On pour­rait accu­ser Saa­diq de pom­per allé­gre­ment les canons de la Motown (com­pa­rai­son qui ne tient pas vrai­ment la route, si l’on se figure la varié­té des pro­duc­tions dans le temps), tout comme les sin­geurs de métier le font sans for­cé­ment rendre le pro­cé­dé auto­ma­ti­que­ment indi­geste (la manière de faire sans grande ori­gi­na­li­té : Kra­vitz, Jami­ro­quai, et tous les appren­tis John Len­non dont je me passe de citer le cha­pe­let inter­mi­nable de noms).
Non, Saa­diq a son iden­ti­té, une inté­gri­té immuable. D’ailleurs, je pré­fère tou­jours son pre­mier album, Ins­tant Vin­tage, moins pom­pier que les sui­vants.

Saa­diq a donc gra­ti­fié le public pari­sien d’un concert qui “lui en donne pour son argent”, comme on dirait vul­gai­re­ment. Saa­diq, c’est aus­si un groupe solide, cette bande de potes dont il dit en connaître cer­tains depuis le lycée. La for­ma­tion est large, elle com­prend éga­le­ment une sec­tion de cuivres.  Josh Smith appa­raît comme un élé­ment com­po­site du son Saa­diq, en par­fait émule de Steve Crop­per, son style gui­ta­ris­tique pro­fon­dé­ment blues écor­ché per­met au son de res­ter orga­nique. Eri­ka Jer­ry aux choeurs est tout bon­ne­ment hal­lu­ci­nante de mou­ve­ments psy­ché­dé­liques et de pré­sence scé­nique. A la basse, le jeune Daniel McKay cède la place depuis quelques tour­nées à l’excellent Cal­vin Tur­ner, qui semble avoir étu­dié à la per­fec­tion le jeu de James Jamer­son : le son du groupe semble repo­ser ce soir-là entiè­re­ment sur lui. A noter que Raphael Saa­diq ne joue pas de basse sur cette tour­née, seule­ment une gui­tare (une magni­fique Tele­cas­ter bleue paille­tée). Carl “Lemar” Car­ter, lui aus­si un per­ma­nent du groupe, tient un groove impec­cable aux fûts (si l’on lui par­donne un léger relâ­che­ment au milieu de Skyy, can you feel me). Billy Kemp Jr (aka “BJ”) habite par­fai­te­ment son rôle de second voca­liste mas­cu­lin, en sym­biose par­faite avec Eri­ka Jer­ry. Charles Jones, aux cla­viers et à l’orgue, vêtu en pas­teur nous gra­ti­fie­ra de son habi­tuel cho­rus vocal en fin de concert.

Il se dégage une telle éner­gie que j’ai l’impression qu’à un moment du concert je me prends à com­pa­rer ce groupe si cohé­rent et har­mo­nieux aux Sly & The Fami­ly Stone de la grande époque. Leur inter­pré­ta­tion de Be Here et Some­times est divine. Le velou­té soul est entre­cou­pé de solos de gui­tare de Saa­diq, à mi-che­min entre Prince et Hen­drix (qu’il ido­lâtre au point de l’avoir tatoué sur son bras droit).

Charles Ray Wig­gins peut ban­der ses biceps, fri­mer, sa musique et son atti­tude n’en démé­ritent pas. Une sur­pre­nante et para­doxale humi­li­té reprend le des­sus lorsqu’il témoigne tant de gra­ti­tude à son audi­toire qu’il des­cend signer une tren­taine d’autographes dans la foule.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Leave a Reply