Dispatch/Box
Fréquences / disques / photographie / lignes
Le pouce de Fred Thomas

Par Jeremy Jeanguenin

“Le faire jusqu’au tré­pas”, telle est la devise du big band soul pro­duit et emme­né par James Brown, The JB’S (Doing it to death), paru sur le label People en 1973. Les frères Phelps et Boot­sy Col­lins ont déjà quit­té le groupe en proie aux crises méga­lo­ma­niaques et au carac­tère diri­giste de Brown. Une note mal pla­cée ou fausse et les musi­ciens hyper­syn­chrones se voient congé­diés. On retrouve les légen­daires cuivres : Maceo Par­ker au saxo­phone ténor (qui orga­nise la cor­diale dis­si­dence qui a pro­duit paral­lè­le­ment son exquis Maceo & All The King’s Men en 1970) et Fred Wes­ley au trom­bone dia­bo­lique.

Que de pépites dans ce style soul-funk “pri­mi­tif”, mar­qué par un rythme inamo­vible (“same beat” !), une basse syn­co­pée sim­pliste et laid­back, c’est-à-dire, légè­re­ment en arrière du temps.

 

 

Pre­nez donc More Peas. Motif hyp­no­tique, gui­tare sac­ca­dée. Une fin de mor­ceau ponc­tuée d’un solo de basse impro­vi­sé par Fred Tho­mas. Tho­mas joue d’une façon que les ortho­doxes de la basse moderne juge­raient peu élé­gante : il sai­sit mal­adroi­te­ment le corps de l’instrument avec sa main droite, les doigts posés sur la table, et prend ain­si un appui phé­no­mé­nal pour déli­vrer un coup de pouce pachy­der­mique. La pulpe de cette pre­mière pha­lange envoie un funk caou­tchou­teux fatal pour vos esgourdes déli­cates.

Leave a Reply