Dispatch/Box
Fréquences / disques / photographie / lignes
Le pouce de Fred Thomas

Par Jeremy Jeanguenin

« Le faire jusqu’au trépas », telle est la devise du big band soul produit et emmené par James Brown, The JB’S (Doing it to death), paru sur le label People en 1973. Les frères Phelps et Bootsy Collins ont déjà quitté le groupe en proie aux crises mégalomaniaques et au caractère dirigiste de Brown. Une note mal placée ou fausse et les musiciens hypersynchrones se voient congédiés. On retrouve les légendaires cuivres : Maceo Parker au saxophone ténor (qui organise la cordiale dissidence qui a produit parallèlement son exquis Maceo & All The King’s Men en 1970) et Fred Wesley au trombone diabolique.

Que de pépites dans ce style soul-funk « primitif », marqué par un rythme inamovible (« same beat » !), une basse syncopée simpliste et laidback, c’est-à-dire, légèrement en arrière du temps.

 

 

Prenez donc More Peas. Motif hypnotique, guitare saccadée. Une fin de morceau ponctuée d’un solo de basse improvisé par Fred Thomas. Thomas joue d’une façon que les orthodoxes de la basse moderne jugeraient peu élégante : il saisit maladroitement le corps de l’instrument avec sa main droite, les doigts posés sur la table, et prend ainsi un appui phénoménal pour délivrer un coup de pouce pachydermique. La pulpe de cette première phalange envoie un funk caoutchouteux fatal pour vos esgourdes délicates.

Leave a Reply