Dispatch/Box
Fréquences / disques / photographie / lignes
Average White Band : Scot-Soul

Par Jeremy Jeanguenin
Cut the Cake

Cut the Cake

AWB, ce sont d’abord deux gueules. Il y a d’abord cette voix arrière-gutturale qui cherche le timbre d’un sax ou peut-être bien celui d’un chat de gouttière. Oui, c’est le roux Hamish Stuart qui fait l’ascenseur entre ses deux octaves. Un voix souple, ronde, jamais nasillarde, presque féminine. Il y a cette complémentarité presque impossible à déterminer, à contingenter. Oui, Hamish Stuart et Alan Gorrie forment un duo de leaders, alternant les couplets et leurs instruments. Gorrie à la voix plus écorchée, Stuart est plus soul. Roger Ball (saxophone/claviers) les aide à charpenter ces morceaux issus de thèmes brodés pendant des jam sessions. L’exemple de Schoolboy Crush est parfait à ce titre (!) et la version données en 1975 en live dans l’émission Soul Train (c’est l’une des rares apparitions d’un groupe écossais et majoritairement blanc dans une émission où les afro-américains dominent -- même si j’avoue que cette assertion pourrait être considérée comme un peu malvenue) est une illustration idéale.

Le groove impeccable avec son intro de batterie assaisonnée aux grelots, et cette fois c’est Hamish Stuart qui complète le groove à la basse, avec un jeu au plectre qui fait mouche : un choix économique de notes placées comme il faut pour faire danser le morceau, le complément du jeu au doigt d’Alan Gorrie, volontiers plus prolixe. Gorrie s’applique à tricoter des cocottes funky à la rigueur métrique implacable sur ce tempo détendu. L’un et l’autre se répondent comme jadis Bobby Byrd répondait aux prêches endiablées du divin James Brown.

Sorte d’antiphrase, le duo de leaders chante les amours de récrés et l’illusion d’un instant, au conditionnel sur un thème funk hypnotique torride :

Je peux peut-être te raccompagner à la maison / S’il pleut nous pourrons trouver un abri / J’aimerais prendre ta petite main / Mon coeur bat la chamade / Nous devons faire connaissance nous le pouvons

Cut the Cake (1975) occupe une place de choix dans ma discothèque et il la conservera, tant cet album envoie d’ondes sismiques dès la première écoute. C’est l’occasion de redécouvrir un groupe aujourd’hui négligé, comme trop d’entre eux peut-être parce qu’il a mal vieilli (?), à travers leur trois premiers albums :

  • Show Your Hand (1973)
  • AWB (1974)
  • Cut The Cake (1975)
  • Soul Searching (1976)
  • Person To Person (live) (1976)

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Comments are closed.