Dispatch/Box
Fréquences / disques / photographie / lignes
© Droits réservés

L’animal littéraire par excellence (ah ! Allan Poe !) que nous avons évoqué déjà avec Champfleury, Perec, puis Ôe, est aussi l’animal fétiche de l’éditeur. Ici, Jean-Jacques Pauvert, émérite éditeur du XXe siècle. Les Chats, c’est aussi un album de Bob Siné paru chez Garnier et édité par J.J. Pauvert en 1952.

Chat noir par Sadanobu, École d

J’aime beaucoup cette idée de réunir sur ce blog quelques extraits sur les chats en littérature. Cette fois, il ne s’agit pas exactement d’un hommage passionné, dévoué, obséquieux (Baudelaire, Champfleury), encore moins mièvre. C’est dans la nouvelle Seventeen (voyez ici la référence très explicite aux dix-sept ans sous les tilleuls d’Arthur Rimbaud) du japonais Kenzaburō Ōe […]

Gravure de Manet

Réédité par Ides & Calendes (1996) et Arléa (2004), Les Chats : histoire, mœurs, observations, anecdotes est et demeure une des plus exquises observation de l’intelligence des chats, de leurs manières, attitudes et coutumes, par le plus grand littérateur félinophile, Jules Husson, dit Champfleury. L’édition originale de Rothschild (1869) comportait des gravures d’Édouard Manet, Delacroix, Villet-Leduc, et… […]

perec.cat

Anne de Brunhoff avait photographié les facéties de Georges Perec avec son chat noir Délo. Aussi, Perec rendit hommage au félin en pastichant Baudelaire (Les chats, poème LXVI des Fleurs du mal) dans son roman hilarant La Disparition (1969), lipogramme en E (l’absente en question est bien la voyelle la plus utilisée dans la langue […]

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...