• Basse,  Batteur,  Disques,  Exploitation,  Figures De La Soul,  Funk,  Jazz,  Motown,  Musique

    Uriel Jones n’est plus

    Uriel Jones n’est plus. Membre des Funk Bro­thers, qui accom­pa­gna de sa frappe les titres par­mi les plus “groo­vy”  de la soul de la seconde moi­tié du XXe siècle, Uriel Jones s’est éteint ce 24 mars 2009. Il fut bat­teur-per­cus­sion­niste pour la sec­tion ori­gi­nale “Detroit” de la Tam­la Motown de Ber­ry Gor­dy, entre­pre­neur self-made man fort talen­tueux pour déni­cher et pro­duire des talents musi­caux, mais figure du capi­ta­lisme afro-amé­ri­cain, dont le pou­voir contrai­gnit ces mêmes musi­ciens de stu­dio au qua­si-ano­ny­mat dans ce cachot sombre où étaient enre­gis­trés les par­ties ins­tru­men­tales des Supremes, Four Tops, etc. Signes de l’é­pui­se­ment de ce qui était à l“origine un petit pro­duc­teur qui inven­ta ni…

  • Basse,  Figures De La Soul,  Funk,  Jazz,  Motown,  Musique

    Motown : Carole Kaye ou James Jamerson ?

    C’est le débat qui sus­cite tou­jours les plus vives polé­miques autour des auteurs des lignes de basse élec­trique des grands stan­dards de la Motown (la fameuse écu­rie du disque de Detroit “Tam­la Motown”, fon­dée par Ber­ry Gor­dy à la fin des années 1950). Ceci a été très bien illus­tré dans le film Stan­ding in the sha­dows of Motown de Paul Just­man (2002), non sans un cer­tain par­ti­sa­nisme. Les poin­tures de la basse et de la contre­basse, par­mi les­quels Nathan Watts (Ste­vie Won­der) ou Bob Bab­bitt affirment par exemple que Carole Kaye (la pre­mière grande femme bas­siste, ani­mal de stu­dio) n’est pas – comme elle l’af­firme ici – l’au­teur de la ligne d’I…