• Bootlegs,  Cake,  Critique,  Culture US underground,  Disques,  Folk,  Folk Rock,  Guitare,  Histoire,  Musique,  Politique,  Rock,  Rock critic,  Satire

    “Rancho Seco” par John McCrea

    John McCrea est un musi­cien,  com­po­si­teur et pro­duc­teur bien connu pour faire par­tie du groupe CAKE dont il a déjà été ques­tion ici. Son acti­vi­té musi­cale dans la région cali­for­nienne de Sacra­men­to est pour­tant bien anté­rieure à la for­ma­tion de CAKE. La sen­si­bi­li­té éco­lo­gique n’est pas une nou­veau­té chez McCrea, la preuve avec ce titre folk enga­gé paru sur vinyle en 1986, Ran­cho Seco, qui aborde la pré­sence de la cen­trale nucléaire construite en 1966 et située à quelque 40 km de Sacra­men­to. Le 20 mars 1978, une panne de refroi­dis­se­ment faillit mener à un désastre d’une ampleur com­pa­rable à celle de Tep­co à Fuku­shi­ma, au Japon. Un vote des habi­tants…

  • Culture de l'écrit,  Écrire,  édition,  Folk,  Histoire du livre,  Humoriste,  Lecture,  Lenny Bruce,  Librairie,  Littérature,  Livres,  Musique,  Politique éditoriale,  Rock,  Satire,  The Beatles,  Traduction

    John Lennon, délires réédités (2)

    Je reviens sur En fla­grant délire de John Len­non, pour pré­sen­ter les pre­mières de cou­ver­ture des édi­tions de 1965 et 1970, qui portent une men­tion par­ti­cu­lière quant au pro­blème posé par la tra­duc­tion. Outre l’in­té­rêt gra­phique des cou­ver­tures, la men­tion varie avec quelque fantaisie. Alors que la pre­mière (1965, Robert Laf­font) porte en cou­ver­ture “Ten­ta­tive de tra­duc­tion par Rachel Miz­ra­hi et Chris­tiane Roche­fort”, le seconde (1970, Robert Laf­font) indique, plus modes­te­ment peut-être, “Ten­ta­tive déses­pé­rée de tra­duc­tion par Rachel Miz­ra­hi et Chris­tiane Rochefort”. Quel dom­mage de ne pas avoir conti­nué de jouer de cet élé­ment de sens dans l’or­ga­ni­sa­tion sémio­tique de la couverture !!

  • Citations,  Culture de l'écrit,  Écrire,  Lecture,  Lenny Bruce,  Librairie,  Littérature,  Livres,  Musique,  Rock,  Satire,  The Beatles,  Traduction

    John Lennon, délires réédités

    En fla­grant délire, recueil de textes et des­sins de John Len­non, repa­raît dans une nou­velle maquette en poche dans la col­lec­tion “Pavillons poche” chez Robert Laf­font. La tra­duc­tion est de Chris­tiane Roche­fort et Rachel Miz­ra­hi. Évi­dem­ment le gali­ma­tias facé­tieux de Len­non (une sorte de langue de j’ex­pire) leur a don­né du fil à retordre aux tra­duc­trices (à côté, I am the Wal­rus est d’une sim­pli­ci­té enfan­tine – quoi que je déteste prendre les enfants pour ce qu’ils ne sont pas, des idiots). Un grief tout de même par rap­port à la richesse poé­tique, on aurait sou­hai­té avoir le texte ori­gi­nal en regard ! Un petit extrait que j’ai choi­si pour Dispatch/Box…

  • Bibliothèques,  BNF,  Citations,  Critique,  Culture de l'écrit,  édition,  Guy Debord,  Histoire,  Histoire du livre,  Jaime Semprun,  Lecture,  Librairie,  Littérature,  Livres,  Politique éditoriale,  Satire,  Sculpture,  Situationniste

    Jaime Semprun (1947 – 2010)

    Mais quelques livres existent qui per­mettent d’a­per­ce­voir, comme en moins grand nombre cer­taines ren­contres, un monde plus abou­ti que l’in­fecte décom­po­si­tion présente. Jaime Sem­prun s’est éteint le 3 août 2010, dans la dis­cré­tion qui carac­té­ri­sait sa vie. Fils de l’é­cri­vain Jorge Sem­prun, il fut l’un des der­niers col­la­bo­ra­teurs de Guy Debord, par­ti­ci­pa au cata­logue Champ Libre en y publiant deux essais[1]. Il fon­da en 1984 (cf. le Dis­cours pré­li­mi­naire) la revue L’En­cy­clo­pé­die des nui­sances (15 fas­ci­cules publiés de 1984 à 1992, que l’on doit pou­voir encore se pro­cu­rer à la librai­rie de Jacques Noël, Un Regard Moderne, rue Gît-le-Cœur à Paris), qui devait étendre son acti­vi­té quelques années plus tard…

  • Culture de l'écrit,  Figures de l'édition,  Histoire,  Histoire du livre,  Lecture,  Littérature,  Pauvert,  Politique,  Satire

    Libertés, toujours

    Dans ma bibliothèque. Trois titres du cata­logue de Jean-Jacques Pau­vert édi­teur, dans la col­lec­tion “Liber­tés” (petit for­mat in-12) dont les cou­ver­tures sont signées Pierre Fau­cheux, et dont les thé­ma­tiques sont tou­jours d’ac­tua­li­té (ici, res­pec­ti­ve­ment) : la guerre, le cen­trisme, la laïcité. Viet­nam, de Mary McCar­thy (1968) Le Par­ti gris, d’Hen­ri Guns­berg (1966) L’É­glise et la Répu­blique, d’A­na­tole France (1964)

  • Affiche,  Art,  Avant-garde,  Bande dessinée,  Critique,  Culture de l'écrit,  édition,  Expositions,  Graphisme,  Librairie,  Musique,  Musique française,  Rock,  Satire,  Situationniste

    Bazooka exp(L)ose à Estienne

    Ayant croi­sé quelques membres du col­lec­tif de gra­phistes Bazoo­ka à la Nuit de l’Es­tampe (de mémoire, Oli­via Cla­vel et Lulu Lar­sen) qui a lieu place Saint-Sul­pice aujourd’­hui, je pro­fite de l’oc­ca­sion pour relayer leur expo­si­tion à l’É­cole Estienne (École supé­rieure des arts et indus­tries gra­phiques). Ren­dez-vous ce jeu­di 3 juin à 18h30 pour renouer avec l’es­prit gra­phique fou­teur de merde !

  • Afro-Beat,  Figures De La Soul,  Funk,  Gil Scott-Heron,  Jazz,  Musique,  Philosophie,  Pianiste,  Politique,  Satire

    Gil Scott-Heron, retour du black poet

    Après avoir évo­qué il y a quelques mois les pre­miers disques de Gil Scott-Heron, il est temps de reve­nir sur le per­son­nage à l’oc­ca­sion de la paru­tion d’un excellent opus, sobre­ment et modes­te­ment inti­tu­lé I’m New Here (2010, XL Recor­dings). Les plus chan­ceux auront pu arra­cher leur place pour sa venue au New Mor­ning (la date de 2009 ayant été annu­lée tar­di­ve­ment pour quelque imbro­glio juri­dique du sieur Scott-Heron) le 10 mai prochain. Un disque empreint de la même pénombre soul que les pre­miers albums de Gil Scott-Heron, mais ici l’âge fait son office et plu­tôt bien. La pro­duc­tion fait un usage rai­son­nable des boîtes à rythmes, lui confé­rant un…

  • Art,  Bertolt Brecht,  Disques,  Politique,  Satire,  Spectacle,  Théâtre

    Inénarrable Wolfgang Neuss

    Wolf­gang Neuss, la plus fas­ci­nante des voix du caba­ret-théatre, a quit­té ce monde il y a vingt ans, le 5 mai 1989. Le som­met de son art reste sans doute son inter­pré­ta­tion du chan­teur de com­plaintes (Mori­tatsän­ger) aux côtés de Lotte Lenya dans L’O­pé­ra de Quat’­sous de Ber­tolt Brecht et Kurt Weill (très direc­te­ment ins­pi­ré par L’O­pé­ra du Gueux – The Beg­gars’ Ope­ra – de John Gay, 1928). Grin­çant à sou­hait, gogue­nard, mali­cieux. Il faut réécou­ter cet enre­gis­tre­ment somp­tueux édi­té en CD par CBS (je ne pos­sède plus la date, mais il est assez tar­dif) ; même si les puristes jet­te­ront leur dévo­lu sur l’en­re­gis­tre­ment ber­li­nois des années Weimar. Wolf­gang Neuss,…

  • Bibliothèques,  Citations,  Critique,  édition,  Histoire du livre,  Lecture,  Librairie,  Littérature,  Livres,  Politique,  Satire

    Schwob et Bertillon

    J’ai évo­qué, à l’oc­ca­sion de mon pas­sage à Lau­sanne et de la visite de l’ex­po­si­tion du Musée de l’É­ly­sée, le cri­mi­no­logue pion­nier Alphonse Ber­tillon. Par hasard, à la lec­ture des Mœurs des Diur­nales. Trai­té de jour­na­lisme de Mar­cel Schwob (sous le pseu­do­nyme de Loy­son-Bri­det), je tombe sur le cha­pitre inti­tu­lé “De la science”. Bien enten­du, je ne peux que vous encou­ra­ger à jeter un œil à cet ouvrage, ou mieux, à l’ac­qué­rir. Les Édi­tions des Cendres l’ont réédi­té dans la col­lec­tions “Oubliettes” à 2000 exem­plaires en 1985. Pour les plus biblio­philes d’entre vous, Syl­vain Gou­de­mare (schwo­bien devant l’é­ter­nel, voir l’é­di­tion Phé­bus et aus­si Shige Gon­zal­vez qui a par­lé récem­ment des tré­sors…

  • Avant-garde,  Citations,  Critique,  Culture de l'écrit,  Écrire,  édition,  Figures de l'édition,  Lecture,  Librairie,  Littérature,  Livres,  Philosophie,  Politique éditoriale,  Satire,  Simon Kra

    Georg Christoph Lichtenberg

    Quelques apho­rismes déca­lés, iro­niques et/ou incen­diaires de Georg Chis­toph Lich­ten­berg, réunis dans l’ou­vrage Le miroir de l’âme (José Cor­ti, col­lec­tion “Domaine roman­tique”, 1999, tra­duit de l’al­le­mand et pré­fa­cé par Charles Le Blanc), que son auteur vou­lût “un miroir plu­tôt qu’une lor­gnette”. Lich­ten­berg vécut la second par­tie du XVIIIe siècle (1742 – 1799) et cor­res­pon­dit avec Imma­nuel Kant. À l’i­mage de Spi­no­za, dont il rejoi­gnit son par­ti du monisme (théo­rie de l’en­ve­loppe de toute chose), Lich­ten­berg était un savant aux inté­rêts mul­tiples : écri­ture, phi­lo­so­phie, phy­sique. Il nom­mait le cahier où étaient consi­gnés ces apho­rismes Sudel­buch ( “livre de brouillard”, le terme d’apho­risme n’ap­pa­rais­sant que sous la plume de son édi­teur Albert Leitz­mann, philologue).…


Deprecated: Directive 'allow_url_include' is deprecated in Unknown on line 0