Warning: Constant ABSPATH already defined in /web4/dispatchbox/www/wp-config.php on line 26
Le massage musical de Leon Ware
Basse,  Disques,  Figures De La Soul,  Funk,  Jazz,  Marvin Gaye,  Musique,  Pianiste

Le massage musical de Leon Ware

Image

Image

 

Leon Ware n’ap­pa­raît pas comme un nom fami­lier pour qui n’est  pas aus­si mono­ma­niaque que moi. Il n’en reste pas moins un remar­quable com­po­si­teur, puis­qu’il est l’or­fèvre d’un de mes titres pré­fé­rés inter­pré­tés par Mar­vin Gaye, I Want You.

Ware,  natif de Detroit (“Motor City”) employé par Ber­ry Gor­dy (aux manettes de Motown), devait res­ter un fai­seurs de chan­sons mais guère plus, comme en témoi­gna l’ab­sence de pro­mo­tion totale pour son pre­mier opus solo, Musi­cal Mas­sage (1976).

Avec I Want You, Mar­vin Gaye trou­vait la tran­si­tion idéale après un Let’s Get it on suave, enre­gis­tré entre les deux pôles Motown de l’é­poque (Detroit et Los Angeles). Si ce der­nier tran­chait de façon irré­vo­cable avec la spi­ri­tua­li­té, l’in­tros­pec­tion et le carac­tère poli­tique assu­mé de What’s going on (1971) en impo­sant une esthé­tique sans fio­ri­tures du sexe comme source d’é­lé­va­tion et un remède (reprise dix ans plus tard dans Sexual Hea­ling), I Want You dif­fère. Car Leon Ware semble rat­ta­cher à nou­veau le désir à une forme de spi­ri­tua­li­té. L’ac­cou­ple­ment se fera dans une alcôve sati­née, ou ne se fera pas.

Pour mieux accou­cher ces esprits câlins et extraire la sub­stan­ti­fique den­telle, rien ne sem­blait mieux indi­qué que de se diri­ger au Mar­vin’s Room, l’un des stu­dios Motown-West, sur le Sun­set Bou­le­vard à Hol­ly­wood. Mar­vin susurre et gémit vau­tré dans une chaise qui grince, ou lové dans un cana­pé. Il puise dans l’ar­tille­rie vocale du doo-wop pour la nap­per d’une sauce R&B contem­po­raine, que le dis­co bal­bu­tiant vien­drait bien­tôt alté­rer. Il mul­ti­plie les pistes à l’en­vi, Ed Town­send empile l’en­semble avec une orches­tra­tion gran­diose mar­quée par des incur­sions d’en­semble de cuivres et des envo­lées de cordes. Pour mieux s’en rendre compte, il est pres­crit d’é­cou­ter la ver­sion Deluxe parue récem­ment en CD, qui com­porte des ver­sions ins­tru­men­tales et alternatives.

httpv://www.youtube.com/watch?v=NtGNS1Hh0JM

I Want You concède un espace musi­cal qui échap­pait à Let’s Get it On : rêve­rie, humeur mati­nale d’a­près-nuit (After the Dance), sen­ti­men­ta­lisme. Somme magni­fiée dans l’ex­pres­sion lapi­daire mais riche de sens, “Musi­cal Mas­sage”. Et c’est pro­ba­ble­ment là que s’in­carne la patte musi­cale de Leon Ware, plus intros­pec­tif, empreint de dévo­tion. Il a trans­for­mé Jésus en femme.

En témoigne son inter­pré­ta­tion fil­mée au Para­di­sion d’Am­ster­dam en 2001, poignante.

httpv://www.youtube.com/watch?v=6SN0UE6MTgg

N’ou­blions pas que Leon Ware est aus­si l’au­teur de I Wan­na Be Where You Are, qu’il a cédé à Michael Jack­son pour son Got to Be There (1972). Si cette ver­sion reste pro­ba­ble­ment la meilleure pour moi, Ware et Gaye la reprennent à leur compte en cette même année 1976.

Pour les amou­reux (et les autres), Leon Ware nous hono­re­ra de sa pré­sence le 14 février 2013 au New Morning.

One Comment

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :