Warning: Constant ABSPATH already defined in /web4/dispatchbox/www/wp-config.php on line 26
Roy Ayers, de Brooklyn et (surtout) d'ailleurs - Dispatch/Box
Basse,  Batteur,  Disques,  Figures De La Soul,  Funk,  Herbie Hancock,  Musique,  Pianiste,  Roy Ayers,  Vincent Sermet

Roy Ayers, de Brooklyn et (surtout) d’ailleurs

DSC02316

DSC02323
Déçu de ne pas avoir pu rete­nir de place pour le concert de Gil Scott-Heron mar­di 28 juillet au New Mor­ning (Liess, vei­nard !), j’ai sau­té sur l’oc­ca­sion de pou­voir assis­ter mer­cre­di 22 juillet au concert de Roy Ayers, dans l’in­ti­mi­té du Caba­ret Sau­vage, à la Vil­lette. Igno­rant qu’il joue­rait à gui­chet ouvert, j’ai réser­vé ma place la veille. La salle modes­te­ment rem­plie ne va pas le res­ter très long­temps. Les spots flo­raux laissent place à une lumière blue­tée qui laisse se des­si­ner les ins­tru­ments. On s’im­pa­tiente : un peu de bou­can néces­saire pour les pres­ser d’en­voyer la purée.

Voi­là les sil­houettes : Ray Gas­kins (Sax alto et sopra­no – joués par­fois ensemble ! –, Fen­der Rhodes, cla­viers) et Donald Nicks (basse) sont de déjà de vieux com­pères, le colosse (je pèse mes mots) Lee Pear­son à la bat­te­rie, John Press­ley au chant fal­set­to, ain­si qu’un autre cla­vié­riste, Mark Adams, et un per­cus­sion­niste Nigé­rien nom­mé Udu.
Roy Ayers, l’air de rien, entre papy et Droo­py (“You know what, I’m hap­py”), a besoin qu’on le réveille un brin pour qu’il livre le meilleur de lui-même : après quelques gémis­se­ments oscil­lants entre baîl­le­ment et allé­gresse qua­si libi­di­neuse, qu’il prend soin de nous faire répé­ter, Roy Ayers nous avoue : “I feel fluf­fy” (ébou­rif­fé, pataud).

Pas de gui­tare dans la for­ma­tion : basse cinq cordes, cla­viers, Fen­der Rhodes, bat­te­rie sur­puis­sante, sax sopra­no et alto, un per­cus­sion­niste d’o­ri­gine nigé­rienne. Retrous­sant en sac­cades ses manches de fla­nelle d’une che­mise déva­lant sur un sur­vê­te­ment Puma évi­dem­ment dépa­reillé (autant que les espa­drilles, mais là n’est pas le sujet), l’homme caresse d’a­bord son vibra­phone élec­tro­nique (pour tout dire, il s’a­git d’un vibra­phone syn­thé­ti­seur, le KAT : Roy Ayers est à cet ins­tru­ment ce qu’est Han­cock au gui­tar-synth : un vir­tuose), avant d’en­ta­mer une danse vau­doue souple et ponc­tuée de coups de mailloches. Toutes ses plus fameuses com­po­si­tions y passent : un petit Sear­ching, pour aller vers la plus popu­laire Eve­ry­bo­dy Loves The Sun­shine, Show us a fee­ling, We live in Brook­lyn Baby (chan­gé pour l’oc­ca­sion en We live in Paris Baby), Run­ning away et sa lan­ci­nante ono­ma­to­pée, tout en ten­tant des incur­sions du côté du bop (Night in Tuni­sia, de Diz­zy Gil­les­pie, de la haute voltige).

Un duo de dan­seurs du col­lec­tif “Jeu de jambes”, à la répu­ta­tion his­to­rique puis­qu’i­ni­tia­teur du phé­no­mène de rue de danse jazz-rock dans les années 1990, achève de mettre le feu à la scène. On dis­tingue alors mieux le phé­no­mène de bataille de danse tel que l’a­borde Vincent Ser­met, dont je par­lais récem­ment, dans son étude.

Roy Ayers nous offre deux heures intenses de musique, avec un seul rap­pel. Croyant à un second rap­pel, le public manque de créer l’é­meute quand les musi­ciens reviennent eux-même ran­ger leur maté­riel. Le concert, sans sur­prise, était très bon et l’am­biance cha­leu­reuse, excellentissime !

Et puis, pas­ser deux heures à deux mètres de Roy Ayers, qui a connu Fela Kuti, je pense que ça ne s’ou­blie­ra pas.

  • Dis­co­gra­phie

Vir­go Vibes (Atlan­tic) (1967)

Stone Soul Pic­nic (1968)

Dad­dy Bug (1969)

Roy Ayers : Ubi­qui­ty (Poly­dor) (1971)

He’s Coming (1972)

Vir­go Red (1973)

Change Up the Groove (1974)

A Tear to a Smile (1975)

Red, Black and Green (1975)

Mys­tic Voyage (1976)

Vibra­tions (1976)

Eve­ry­bo­dy Loves the Sun­shine (1976)

Life­line (1977)

Let’s Do It (1978)

You Send Me (1978)

Step into Our Life (1978)

Fever (1979)

No Stran­ger to Love (1980)

Afri­ca, Cen­ter of the World (1981)

Love Fan­ta­sy (1981)

Fee­ling Good (1982)

In the Dark (Colum­bia) (1984)

You Might Be Sur­pri­sed (1985)

I’m the One (for Your Love Tonight) (1987)

Wake Up (Ichi­ban) (1989)

Double Trouble (1992)

Evo­lu­tion : The Poly­dor Antho­lo­gy (Poly­dor) (1995)

Maho­ga­ny Vibe (2004)

Eve­ry­bo­dy Loves the Sun­shine Com­pi­la­tion (2005)

Vir­gin Ubi­qui­ty Com­pi­la­tion (2005)

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :