Basse,  Culture US underground,  Disques,  Figures De La Soul,  Lenny Bruce,  Motown,  Musique,  Psychédélique,  Rock,  Stax

Brad Campbell, ou l’alter ego soul de Janis Joplin

Brad Campbell, architecte musical du Kozmic Blues Band
Brad Camp­bell, archi­tecte musi­cal du Koz­mic Blues Band

Il fait par­tie des bas­sistes en retrait, au ser­vice de l’en­semble et dans la tra­di­tion de la contre­basse, qui par­ti­cipent à l’as­sise ryth­mique des com­po­si­tions, scel­lant quelques lignes dépouillées mais impa­rables : les James Jamer­son, Paul McCart­ney, Duck Dunn, Wil­ton Fel­der, Bob Bab­bitt. À ceux-là l’oc­ca­sion m’est ici offerte d’en ajou­ter un autre, et par là-même de lui rendre justice.

Je veux par­ler de Brad Camp­bell, bas­siste nord amé­ri­cain (cana­dien, plus pré­ci­sé­ment) qui entraî­na l’in­flexion soul façon Stax/Volt du Koz­mic Blues Band, le deuxième groupe de Janis Joplin (après le défunt et tout aus­si – sinon davan­tage – mythique Big Bro­ther & The Hol­ding Com­pa­ny, dont ne res­tait qu’un res­ca­pé, le com­po­si­teur et gui­ta­riste Sam Andrew) puis dans le Full Tilt Band. Brad Camp­bell a fait ses armes de bas­siste et chan­teur dans The Pau­pers, for­més à Toron­to au cours de l’an­née 1965, groupe qui l’a­vait déjà arra­ché aux plus obs­curs The Last Words.

Brad Campbell, debout à droite, au sein de The Last Words (circa 1965)
Brad Camp­bell, debout à droite, au sein de The Last Words (cir­ca 1965)

C’est Janis Joplin qui appro­che­ra direc­te­ment Brad Camp­bell pour for­mer son nou­veau groupe. Par iro­nie ou non, le bass­siste déjà dis­cret, céré­bral (encore un sté­réo­type), Brad Camp­bell signait les arran­ge­ments et cer­taines com­po­si­tions du pseu­do­nyme Keith Cher­ry. Car l’homme, en plus d’une vir­tuo­si­té blues/soul à la basse élec­trique qui en font le pair (aus­si bien que l’é­mule, ose­ront cer­tains) de Jamer­son (Motown), Duck Dunn (Stax/Volt), John Paul Jones (Led Zep­pe­lin), James Alexan­der (The Bar-Kays), etc., maî­tri­sait l’or­ches­tra­tion, la vue d’en­semble de ce qui porte la musique d’une for­ma­tion tant élec­trique qu’é­clec­tique (le magni­fique Sum­mer­time adap­té de George et Ira Gershwin) .

Brad Campbell sur scène avec Janis Joplin
Brad Camp­bell sur scène avec Janis Joplin
Le Full Tilt Boogie Band, Brad Campbell est juste derrière Janis Joplin
Le Full Tilt Boo­gie Band, Brad Camp­bell est juste der­rière Janis Joplin

Je ne dis­pose que d’in­for­ma­tions très par­cel­laires, inutile donc de bros­ser une bio­gra­phie exhaus­tive. Quelques extraits de pres­ta­tions live avec Janis Joplin suf­fi­ront au bon­heur de pou­voir le citer : voi­ci Brad Camp­bell, bas­siste qui contri­bua au son psy­ché­dé­lique et au suc­cès intem­po­rel des deux der­niers groupes de la diva éche­ve­lée, brus­que­ment décé­dée dans sa 27e année. Vous enten­dez ces cuivres sur Try (Just a lit­tle bit har­der) ? C’est l’homme qui les a composés.

Allez, voi­ci quelques mor­ceaux de groove de choix.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :