• Cirque,  Spectacle,  Théâtre

    Les Clowns de François Cervantès

      Quelle heu­reuse sur­prise, quel spec­tacle toni­truant, ça se passe en ce moment au théâtre de la Cité Internationale.On oscille entre théâtre et cirque. Bona­ven­ture Gacon apporte son approche par­ti­cu­lière à cette com­po­si­tion, à tra­vers le per­son­nage du Bou­du qu’il s’est construit, qui le fait ren­con­trer Domi­nique Che­val­lier, hila­rant, et la fan­tas­tique Cathe­rine Ger­main dans son per­son­nage du Clown Arletti. Nos trois clowns nous emmènent d’a­bord dans quelques scènes de comique de situa­tions aus­si déjan­tées les unes que les autres, avant d’an­non­cer, telle une méta­fic­tion, qu’ils sont “au théâtre”, que cela est impres­sion­nant et qu’un public de spec­ta­teurs venus nom­breux est là pour en témoi­gner : ils décident alors, livrets à…

  • Bootlegs,  Critique,  Disques,  Folk Rock,  Musique,  Politique,  Rock,  Rock critic

    Retour en URSS : gloire du Soviet Rock et de Viktor Tsoï

    J’ai beau­coup de dif­fi­cul­té à don­ner un titre à ce billet. Au com­men­ce­ment, le 15 jan­vier 2013 (c’est dire mon assi­dui­té à l’é­cri­ture), j’i­ma­gi­nais ni plus ni moins qu’une hagio­gra­phie, mais la ten­ta­tion de l’al­bum-sou­ve­nir m’en a tenu éloigné. Huit lignes très exac­te­ment étaient donc en jachère. Depuis, j’ai pu lire l’ex­cellent livre de Joël Bas­te­naire, Back in the USSR – Une brève his­toire du rock et de la contre-culture en Rus­sie, paru récem­ment chez Le Mot et le Reste, dans la col­lec­tion “Atti­tudes”. Autant dire d’emblée que c’est le genre de livre que j’au­rais rêvé de lire quand j’a­vais 15 ans (c’est-à-dire au milieu des années 1990). Mal­gré des…

  • Cinéma,  Critique,  Culture US underground,  Musique,  Psychédélique,  Rock

    Shuggie Otis, Sixto Rodriguez : deux sentiers de la perdition

    Ce n’est pro­ba­ble­ment pas une com­pa­rai­son qui tombe sous le sens : seule la conco­mi­tance de ces retours ines­pé­rés nous donnent l’oc­ca­sion de glo­ser. Je veux par­ler de Shug­gie Otis et de Six­to Rodriguez. Qu’ont-ils vrai­ment en com­mun ? Pas l’âge, en tout cas, puis­qu’onze ans les séparent. Ce qui est énorme quand on a vingt prin­temps. Cer­tai­ne­ment une approche œcu­mé­nique des cou­rants musi­caux qui tra­ver­sèrent leur temps et qui fondent cette res­pi­ra­tion éthé­rée qu’ils par­tagent. Tous deux puisent dans le folk rock, quitte à se faire éti­que­ter un peu vite psy­ché-rock. Mais Rodri­guez s’ancre dès l’o­ri­gine dans le pro­test song (le qua­li­fi­ca­tif me pique les yeux, tout comme la com­pa­rai­son du Figa­ro…

  • Basse,  Fender,  Figures De La Soul,  Hip Hop,  Motown,  Musique,  Rock

    Raphael Saadiq et l’Univox Eagle Bass

    Les articles les plus brefs sont peut-être les plus plaisants. J’ai assez long­temps cher­ché l’o­ri­gine de l’é­trange basse qui a long­temps accom­pa­gné Raphael Saa­diq sur scène (jouée éga­le­ment par Dan­ny McKaye sur scène), avant qu’il ne soit “endor­sé” par la marque Per­for­mance. J’ai tou­jours pen­sé, de loin, qu’il s’a­gis­sait d’une étrange Fen­der consti­tuée de pièces éparses sévè­re­ment buri­nées. Mon hypo­thèse la plus plau­sible était qu’elle était consti­tuée d’un corps en aca­jou d’o­ri­gine incon­nue et d’un manche de Jazz Bass en érable dont on aurait déco­ré la tête en har­mo­nie avec la fini­tion aca­jou naturelle. Il n’en est rien : c’est une Eagle Bass fabri­quée par Uni­vox vers 1975, alors que l’ac­ti­vi­té…

  • Bar-Kays,  Basse,  Figures De La Soul,  Musique,  Psychédélique

    Hot Buttered Soul : chronique d’un miracle

      Miracle, car après les mal­heu­reuses ventes de Pre­sen­ting Isaac Hayes (1968), le second effort solo de l’ar­tiste man­qua de voir le jour. Il est pour­tant la clef de voûte de la muta­tion de compositeur/arrangeur pour Stax en artiste-inter­prète maî­tri­sant, selon son exi­gence ini­tiale, l’in­té­gra­li­té du pro­ces­sus de pro­duc­tion. C’est le chaî­non néces­saire à la muta­tion de Hayes en Moïse Noir. La démarche d’I­saac Hayes pour son Hot But­te­red Soul (notez la mul­ti­pli­ci­té des sens pos­sibles) est pas­sion­nante en cela qu’elle balaie les inep­ties sur la ségré­ga­tion des noirs fai­sant de la musique noire et des blancs qui essaient de les imi­ter, moins bons, car frap­pés de pseu­do-culpa­bi­li­té, etc. En effet,…

  • Basse,  Disques,  Figures De La Soul,  Funk,  Jazz,  Marvin Gaye,  Musique,  Pianiste

    Le massage musical de Leon Ware

    Pour Hélène Leon Ware n’ap­pa­raît pas comme un nom fami­lier pour qui n’est  pas aus­si mono­ma­niaque que moi. Il n’en reste pas moins un remar­quable com­po­si­teur, puis­qu’il est l’or­fèvre d’un de mes titres pré­fé­rés inter­pré­tés par Mar­vin Gaye, I Want You. Ware,  natif de Detroit (“Motor City”) employé par Ber­ry Gor­dy (aux manettes de Motown), devait res­ter un fai­seurs de chan­sons mais guère plus, comme en témoi­gna l’ab­sence de pro­mo­tion totale pour son pre­mier opus solo, Musi­cal Mas­sage (1976). Avec I Want You, Mar­vin Gaye trou­vait la tran­si­tion idéale après un Let’s Get it on suave, enre­gis­tré entre les deux pôles Motown de l’é­poque (Detroit et Los Angeles). Si ce…

  • Basse,  Fender,  Figures De La Soul,  Funk,  Histoire de basses,  Musique

    Black Octopus de Paul Jackson

    Por­trait à la japo­naise pour cet opus pro­duit au pays du soleil levant. Assez mécon­nu, il a été réédi­té récem­ment en CD alors que la cote du vinyle s’en­vole tant il devient rare. Jack­son m’ap­pa­raît tou­jours comme l’an­ti­thèse d’un Jaco Pas­to­rius, qui pose le cadre de la basse moderne. L’o­mé­ga de l’al­pha, qui n’en luit pas moins pour autant. Là où le pre­mier se carac­té­rise par sa vir­tuo­si­té d’exé­cu­tion musi­cale (vitesse, tech­ni­ci­té har­mo­nique) et un son cla­quant haut-medium, le second renoue avec la crasse bas­sis­tique des graves syn­co­pés pour nous offrir un funk-soul-jazz de luxe, alors que le seul maître à abord s’ac­quitte volon­tiers et de façon hono­rable de la…

  • Batteur,  Figures De La Soul,  Musique,  Rock

    Hall & Oates : un son de batterie à 300$

    “The chea­per, the bet­ter” (plus c’est bon mar­ché, mieux c’est) est la devise qui pour­rait gros­siè­re­ment résu­mer cette anec­dote de studio. On remonte à 1975, lorsque Daryl Hall et John Oates, les deux pro­li­fiques com­po­si­teurs pop du duo Hall & Oates, enre­gistrent sur le fameux “Sil­ver Album” le titre Sara Smile. Ce qua­trième album, contrai­re­ment à ceux qu’ils sème­ront par la suite, notam­ment au cours des années 1980, reste pro­fon­dé­ment ancré dans un esprit R&B soft, celui qu’on désigne, même si le terme est assez gal­vau­dé, par Blue-eyed Soul. C’est Bar­ry Rudolph, ingé­nieur du son sur cette pro­duc­tion, qui relate la façon dont la bat­te­rie a été enre­gis­tré sur ce…

  • Afro-Beat,  Basse,  Batteur,  Contrebasse,  Disques,  Fender,  Figures De La Soul,  Guitare,  Hip Hop,  Histoire de basses,  Jazz,  Musique

    Le pouce de Fred Thomas

    “Le faire jus­qu’au tré­pas”, telle est la devise du big band soul pro­duit et emme­né par James Brown, The JB’S (Doing it to death), paru sur le label People en 1973. Les frères Phelps et Boot­sy Col­lins ont déjà quit­té le groupe en proie aux crises méga­lo­ma­niaques et au carac­tère diri­giste de Brown. Une note mal pla­cée ou fausse et les musi­ciens hyper­syn­chrones se voient congé­diés. On retrouve les légen­daires cuivres : Maceo Par­ker au saxo­phone ténor (qui orga­nise la cor­diale dis­si­dence qui a pro­duit paral­lè­le­ment son exquis Maceo & All The King’s Men en 1970) et Fred Wes­ley au trom­bone diabolique. Que de pépites dans ce style soul-funk “pri­mi­tif”, mar­qué…