• Basse,  Figures De La Soul,  Musique,  Pianiste

    Al Green, Hi Records & Hi Rhythm section

    La méta­mor­phose que connut Hi Records en pas­sant sous la hou­lette de Willie Mit­chell allait avoir une réso­nance sans pré­cé­dent sur l’his­toire de la soul music et de façon géné­rale sur l’in­dus­trie musi­cale des années 1970. Alors can­ton­née à des pro­duc­tions rocka­billy et coun­try blues, Hi Records occa­sionne une véri­table renais­sance dans une Mem­phis qui a déjà connu une entre­prise glo­rieuse, celle de Jim Ste­wart et Estelle Axton, Stax. C’est encore une fois le pré­cieux Sweet Soul Music de Peter Gural­nick, qui nous four­nit les détails de ce tour­nant musi­cal (voir le cha­pitre “Les beaux jours de Hi”, p. 344 dans l’é­di­tion fran­çaise de 2003 publiée chez Allia). Pour Gural­nick,…

  • Afro-Beat,  Contrebasse,  Disques,  Festival,  Figures De La Soul,  Folk,  Gil Scott-Heron,  Jazz,  Musique,  Pianiste,  Politique,  Rock critic

    Saul Williams et Gil Scott-Heron @ Paris

    L’é­di­tion Jazz à la Vil­lette 2010 accueillait, par­mi une myriade de musi­ciens savou­reux, le légen­daire Gil Scott-Heron. C’est à Saul Williams que reve­nait la tâche – périlleuse – d’ou­vrir pour cet homme de paroles qui se veut “nou­veau ici”, Gil Scott-Heron. L’ar­tiste, dans une poly­pho­nie slammée/déclamée/haranguée/chantée, s’ins­crit clai­re­ment dans la lignée de l’aî­né qu’il intro­duit ce soir, tout comme des Last Poets : le mode tal­ko­ver domine sur un fond prin­ci­pa­le­ment per­cus­sif, sans oublier la pré­sence du trom­bo­niste et mul­ti-ins­tru­men­tiste Julien Chi­rol. Le Black Sta­cey, comme il se défi­nit dans l’une de ses propres com­po­si­tions, lance une ouver­ture fra­cas­sante, un poème bombe inti­tu­lé  (Coded Lan­guage, que je pen­sais s’ap­pe­ler Whe­reas), qu’il lit…

  • Basse,  Contrebasse,  Fender,  Gibson,  Guitare,  Histoire de basses,  Led Zeppelin,  Musique,  Rock,  Rolling Stones

    Bill Wyman et Travis Bean

    Tra­vis Bean com­mence à pro­duire des ins­tru­ments ori­gi­naux en 1974 en Cali­for­nie. Dans la mou­vance des ins­tru­ments élec­triques nova­teurs ini­tiée par des luthiers comme Alem­bic (dont John Paul Jones devint un ambas­sa­deur, sur la fin du Led Zep­pe­lin), Tra­vis Bean pro­po­sait des ins­tru­ments aux essences de bois recher­chées, au desi­gn sin­gu­lier, et une élec­tro­nique pour­voyeuse de sons clairs et puissants. C’est notam­ment dans les mains de Bill Wyman que l’on aper­çut en 1978 une basse à dia­pa­son court de chez Tra­vis Bean (on peut voir cette basse dans les vidéo­clips de Miss You et Start Me Up quelques années plus tard, ain­si que dans la plu­part des images de la…