Dispatch/Box
Fréquences / disques / photographie / lignes
Naissance d’une Höfner “violin bass”

Par Jeremy Jeanguenin

C’est la “Beatle Bass” par excel­lence, celle que Paul McCart­ney ache­ta à Ham­bourg pour ne pas se rui­ner dans l’achat d’une oné­reuse Fen­der ou Ricken­ba­cker estam­pillées “made in USA”.  Stuart Sut­cliffe, pre­mier à tenir la basse dans les Sil­ver Beatles deve­nus Beatles, avait déjà jeté son dévo­lu sur la demi-caisse Höf­ner Pre­sident 500/5. Quand les sca­ra­bées déci­dèrent de retour­ner à Liver­pool, Stuart Sut­cliffe choi­sit de reprendre ses études d’arts, occa­sion­nant la muta­tion de “Sir Paul” en bas­siste de génie.

McCart­ney débau­cha un modèle gau­cher qui ména­gea alors sa tire­lire de cou­reur de cachet au Cavern Club de Ham­bourg. Il com­men­ça par gra­ver ses pre­mières lignes de basse alors que Tony She­ri­dan enga­geait les Beatles comme groupe d’accompagnement. Le reste est de l’histoire, comme on dit, tan­dis que McCart­ney ne s’autorisera que de rares incar­tades (outre la fameuse Ricken­ba­cker 4001, on a pu voir Paul avec une WAL 5 cordes en 1989 et une Yama­ha BB début 1980), puisque cette basse bon mar­ché à l’origine est deve­nu un ins­tru­ment convoi­té en ce qui concerne l’authentique modèle de fabri­ca­tion alle­mande.

La socié­té Höf­ner, fidèle à la tra­di­tion de fabri­ca­tion ori­gi­nale, dévoile les cou­lisses de la créa­tion d’un ins­tru­ment au desi­gn bien sin­gu­lier.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Leave a Reply