Basse,  Batteur,  Disques,  Fender,  Figures De La Soul,  Folk,  Folk Rock,  Gibson,  Guitare,  Histoire,  Led Zeppelin,  Les Paul,  Musique,  Pianiste,  Psychédélique,  Rock,  Rock critic,  Rolling Stones,  Stax,  The Beatles,  Violin Bass

Glasgow, 1969

Stone the Crows (pho­to­gra­phies issues du site offi­ciel de Mag­gie Bell)

Il y a quelque chose chez les musi­ciens écos­sais, de méta­phy­sique, qui les fait sur­gir çà et là dans l’his­toire du rhythm and blues, de la soul, et par exten­sion du rock. Nous avions les sur­pre­nants Ave­rage White Band à la fin des années 1970, sous la hou­lette de Hamish Stuart et Alan Gor­rie, dont j’ai juré il y a quelques années, n’ayant jamais vu leurs têtes, que cette musique était jouée par des noirs. Ils furent d’ailleurs par­mi les rares artistes blancs euro­péens à figu­rer dans la pro­gram­ma­tion de l’é­mis­sion “Soul Train”, que nous voyons aujourd’­hui réédi­tée en DVD, aux côtés de David Bowie.

S’il on remonte encore quelques années avant, il existe un autre cas stu­pé­fiant (sans jeu de mot). C’est Stone the Crows. Mais Stone the Crows s’est vu trop vite affu­blé de la com­pa­rai­son hâtive à Janis et son Big Bro­ther (et plus tard ses autres backing bands : le Koz­mic Band, puis l’ul­time Full Tilt Band). Jugez vous-même, l’un des seuls – sinon le seul – billet en ligne sur Stone the Crow en fran­çais, s’in­ti­tule “STONE THE CROWS : clones de Janis Joplin ?”.

C’est une com­pa­rai­son du même ordre qui a entraî­né le manque de consi­dé­ra­tion de Robin Tro­wer – dont il va être ques­tion plus loin – en le rame­nant à un émule un peu pâle de Jimi Hendrix.

Stone the Crows, c’est un groupe de la bonne vieille école du R&B du vieux conti­nent, de la même futaie qu’un Led Zep­pe­lin des débuts, quand le jeune Plant écu­mait les bars avec son har­mo­ni­ca. D’ailleurs, c’est Peter Grant, mana­ger de Led Zep­pe­lin qui leur don­na ce nom, aba­sour­di par une de leur pres­ta­tions scé­niques au mythique club glas­we­gien Burns Howff (le groupe se nomme à l’é­poque “Power”), il s’ex­cla­ma “Stone the Crows !”

Il est vrai que Stone the Crows a bien des points com­muns avec la for­ma­tion de Janis Joplin, la com­pa­rai­son peut néan­moins être déli­mi­tée. D’a­bord, ses musi­ciens sont pour la plu­part des hybrides typiques du tour­nant musi­cal 60/70, la jonc­tion psy­ché­dé­lique entre soul et rock, ils ont bai­gné autant dans le vieux blues que dans la soul sémi­nale tout en pre­nant acte de la pop. Ils sont aus­si d’ex­cel­lents voca­listes, habi­tués à jouer en for­ma­tion élar­gie (donc à chan­ter fort, lorsque les cuivres s’y mettent). Le bas­siste James Dewar, secon­dant Magie Bell au chant, est une des voix les plus extra­or­di­naire du R&B euro­péen, qui lui vau­dra une place de chanteur/bassiste dans le trio de Robin Tro­wer, où offi­cia éga­le­ment Bill Lor­dan à la bat­te­rie, un autre blanc nègre, et ce pour une excel­lente rai­son : il venait de la Fami­ly Stone de Sly Stewart !

httpv://www.youtube.com/watch?v=yE7NtFgfYsE

Mais pour­quoi une vie si courte pour ce groupe ? Le mal­heur, c’est la mort sur scène de Les Har­vey, frère d’A­lex Har­vey, tous deux à l’o­ri­gine de la for­ma­tion (Alex par­ti­ra avec son propre groupe, l’A­lex Har­vey Band), d’a­bord connue comme le Alex Har­vey Soul Band (voi­là qui annon­çait la cou­leur). Le 2 mai 1972, lors d’une balance son, Les Har­vey s’élec­tro­cute sur scène : il a tou­ché en même temps, les mains humides, un micro­phone mal relié à la terre et les par­ties métal­liques de sa gui­tare. Stone the Crows, ébran­lé, ne se remet­tra jamais d’un tel choc. Ils offrirent néan­moins un job à Jim­my McCul­loch, ce qui lui ser­vit d’ex­cel­lente carte de visite lorsque McCart­ney l’embaucha dans son pro­jet post-Beatles, “The Wings”.

Quant à James Dewar, après avoir excel­lé au chant dans le Robin Tro­wer Trio (les mémo­rables Day­dream, Day of the Eagle, Bridge of Sighs), il meurt en 2002 d’un arrêt car­diaque consé­cu­tif à une erreur médi­cale com­mise en 1987,  dans un qua­si oubli : seule la presse écos­saise a réel­le­ment rela­té son décès.

Et comme le hasard fait bien les choses, après des années à cher­cher des extraits vidéo, je viens de trou­ver cette archive INA de 1973, qui fait appa­raître le trio dans toute sa splen­deur (Reg Isi­dore rem­place Bill Lor­dan à la batterie).

Robin Tro­wer Trio. Live 1973

Dis­co­gra­phie

  • Stone The Crows 1969
  • Ode To John Law 1970
  • Tee­nage Licks 1971
  • Onti­nuous Per­for­mance 1972
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :