Warning: Constant ABSPATH already defined in /web4/dispatchbox/www/wp-config.php on line 26
Musique Archives - Page 3 sur 11 - Dispatch/Box
  • Afro-Beat,  Jazz,  Musique

    Bembeya Jazz National, un demi-siècle de jazz guinéen

    C’est l’or­chestre le plus popu­laire de la Répu­blique démo­cra­tique de Gui­née fon­dée sous la pré­si­dence d’Ah­med Sekou Tou­ré 2 octobre 1958. Pour mémoire, le pays avait radi­ca­le­ment rom­pu les rela­tions diplo­ma­tiques avec la France colo­niale qui s’é­tio­lait sous De Gaulle. Dans ce contexte de “renais­sance” et dans un élan d’op­ti­miste, le Bem­beya Jazz Natio­nal voit le jour, consti­tué de vir­tuoses, sous la forme d’un big band à la ryth­mique élec­trique : tous ses musi­ciens étaient donc des fonc­tion­naires (croyez que ceux-là n’a­vaient rien d’oi­sifs). Une ins­ti­tu­tion qui dépas­se­ra l’A­frique post-colo­niale en expor­tant ses pro­duc­tions dans les ter­ri­toires francophones. C’est sous la hou­lette de Sekou Dia­ba­té, alias “Dia­mond Fin­gers” que cette for­ma­tion…

  • Basse,  Funk,  Motown,  Musique,  Soul Music

    Robert Palmer

    Je ne pou­vais m’empêcher de par­ler un peu de Robert Pal­mer. Mon enfance mar­quée par l’ins­tru­men­ta­tion de John­ny & Mary pour la publi­ci­té des auto­mo­biles Renault 9 et 11 en 1987 ain­si que l’illus­tra­tion sonore pour la bière Hei­ne­ken avec Eve­ry Kin­da People (excellent titre par ailleurs) ne m’a­vaient pas lais­sé ima­gi­ner la créa­ti­vi­té et la mul­ti­pli­ci­té des genres musi­caux qu’il avait appro­chés et dans les­quels il avait, in fine, sou­vent excellé. Et puis, en fan des Meters de la Nou­velle-Orléans, ces par­rains du funk dépouillé qui puisent aux racines blues maré­ca­geuses, j’ai réa­li­sé qu’ils avaient par­ti­ci­pé à l’al­bum du bri­tan­nique Robert Pal­mer Snea­kin’ Sal­ly Through the Alley en 1974.…

  • Basse,  Batteur,  Contrebasse,  Figures De La Soul,  Musique,  Soul Music

    Average White Band : Scot-Soul

    AWB, ce sont d’a­bord deux gueules. Il y a d’a­bord cette voix arrière-gut­tu­rale qui cherche le timbre d’un sax ou peut-être bien celui d’un chat de gout­tière. Oui, c’est le roux Hamish Stuart qui fait l’as­cen­seur entre ses deux octaves. Un voix souple, ronde, jamais nasillarde, presque fémi­nine. Il y a cette com­plé­men­ta­ri­té presque impos­sible à déter­mi­ner, à contin­gen­ter. Oui, Hamish Stuart et Alan Gor­rie forment un duo de lea­ders, alter­nant les cou­plets et leurs ins­tru­ments. Gor­rie à la voix plus écor­chée, Stuart est plus soul. Roger Ball (saxophone/claviers) les aide à char­pen­ter ces mor­ceaux issus de thèmes bro­dés pen­dant des jam ses­sions. L’exemple de School­boy Crush est par­fait à…

  • Basse,  Figures De La Soul,  Histoire de basses,  Musique,  Rock

    Gimme Five

    Je remer­cie Ber­nard Viguié, bas­siste (Les Inno­cents, Tho­mas Fer­sen et tant d’autres) qui a répon­du à mes ques­tions avec sympathie. Ce site reflé­tant mes goût musi­caux tou­jours en évo­lu­tion mais suf­fi­sam­ment ancrés sur la période 1960/1970, il en résulte que les allu­sions à la basse reviennent qua­si­ment tou­jours à la “Fen­der Bass”. Pour­tant, il se pro­duit au début des années 1980 une muta­tion qu’au­cune firme pro­dui­sant des basses élec­triques de façon indus­trielle, il me semble, n’a anti­ci­pée. Pas même Fen­der. Il s’a­git de l’ex­ten­sion du registre de la basse élec­trique vers les “très graves”. Jus­qu’i­ci, on se conten­tait géné­ra­le­ment de des­cendre sa corde de Mi en Ré, comme par exemple James…

  • Basse,  Disques,  Figures De La Soul,  Histoire de basses,  Motown,  Musique

    Un entretien avec James Jamerson (1979)

    On a sou­vent exa­gé­ré les pro­pos de James Jamer­son (1936 – 1983), tant il existe actuel­le­ment peu de sources et par consé­quent, une recru­des­cence d’af­fa­bu­la­tions, aus­si fan­tai­sistes les unes que les autres. Pour les dis­si­per un peu, je vous pro­pose une tra­duc­tion de l’in­ter­view de 1979 accor­dée au maga­zine Gui­tar Player, qui donne voix au cha­pitre au maître de la basse soul. Eton­nant, pas tant par le peu de révé­la­tions qu’il com­porte, mais par le témoi­gnage d’un bas­siste un peu amer – qui à l’é­poque n’est plus à la mode – et rend compte d’une vision très stricte et tra­di­tion­na­liste du rôle de bas­siste. Fina­le­ment, de quoi par­ti­ci­per encore un peu plus…

  • Basse,  Donny Hathaway,  Figures De La Soul,  Musique

    Phil Upchurch

    Il est impos­sible de négli­ger l’ap­port et le rôle de Phil Upchurch dans la musique afro-amé­ri­caine, dans la soul, le gos­pel, le blues, le jazz. À la fois bas­siste et gui­ta­riste, aus­si à l’aise et raf­fi­né sur les deux ins­tru­ments, il perce en 1961 avec le Phil Upchurch Com­bo et son You can’t sit down. Petite mer­veille de fac­ture clas­sique rhythm & blues, le titre consiste en un dia­logue ins­tru­men­tal entre la gui­tare, un orgue ham­mond déchaî­né et une basse, un saxophone. Fait anec­do­tique ou décou­verte déci­sive, c’est l’é­coute de la basse de Phil Upchurch sur ce disque qui décide John Bald­win, futur “John Paul Jones”, musi­cien de stu­dio bri­tan­nique…

  • Art,  édition,  Figures de l'édition,  Librairie,  Littérature,  Livres,  Musique,  Pauvert,  Politique éditoriale

    Pierre Faucheux / Jazz

    J’ad­mire depuis ma période étu­diante le tra­vail de Pierre Fau­cheux. Je déni­chais avec avi­di­té ses “vieilles” cou­ver­tures pour les pre­miers livres de poche et dans la plus dépouillé col­lec­tion “Liber­té” chez Jean-Jacques Pau­vert au mar­ché du livre du parc Georges-Bras­sens, dans le 15e arrondissement. C’est l’oc­ca­sion de pré­sen­ter deux cou­ver­tures très gra­phiques et simples com­po­sées pour des livres de Boris Vian, en l’oc­cur­rence : un tome de théâtre chez Jean-Jacques Pau­vert en 1965 et l’é­di­tion de En avant la zizique paru en 1971 à La Jeune Parque, illustre et mys­té­rieux édi­teur de la rue des Saints-Pères pas­sé de Valé­ry à la confec­tion de yaourts, dont vous trou­ve­rez une biblio­gra­phie lacu­naire ici (lisez…

  • Basse,  Disques,  Figures De La Soul,  Funk,  Jazz,  Musique

    Joseph “Lucky” Scott

    Joseph “Lucky” Scott est un élé­ment fon­da­men­tal du son de Cur­tis May­field. Mais comme la plu­part des side­men, il n’in­té­resse que peu le public. Pour­tant, une vidéo sur you­tube se prê­tant au risible jeu des “25 meilleurs bas­sistes du monde” le liste comme l’un d’eux. Joseph Lucky Scott a fait ses armes lors des der­nières années du groupe “The Impres­sions”, emme­né par Cur­tis May­field lui-même. We got­ta have peace, joué en live au mythique pro­gramme bri­tan­nique “The Old Grey Whistle” est  révé­la­teur : Lucky Scott y assène une ligne de basse vir­tuose dans la pure tra­di­tion R&B, l’a­gé­men­tant de ses chœurs. On retrouve Joseph “Lucky” Scott sur les albums les plus…

  • Basse,  Figures De La Soul,  Musique,  Pianiste

    Al Green, Hi Records & Hi Rhythm section

    La méta­mor­phose que connut Hi Records en pas­sant sous la hou­lette de Willie Mit­chell allait avoir une réso­nance sans pré­cé­dent sur l’his­toire de la soul music et de façon géné­rale sur l’in­dus­trie musi­cale des années 1970. Alors can­ton­née à des pro­duc­tions rocka­billy et coun­try blues, Hi Records occa­sionne une véri­table renais­sance dans une Mem­phis qui a déjà connu une entre­prise glo­rieuse, celle de Jim Ste­wart et Estelle Axton, Stax. C’est encore une fois le pré­cieux Sweet Soul Music de Peter Gural­nick, qui nous four­nit les détails de ce tour­nant musi­cal (voir le cha­pitre “Les beaux jours de Hi”, p. 344 dans l’é­di­tion fran­çaise de 2003 publiée chez Allia). Pour Gural­nick,…

  • Clavier,  Disques,  Figures De La Soul,  Folk,  Funk,  Musique

    Clavinet, le clavier funky

      C’est le cla­vier le plus “fun­ky” (disons, un des plus adap­tés aux rythmes dan­sants) de la musique élec­tro­nique moderne. Conçu par la firme ger­ma­nique Hoh­ner (à ne pas confondre avec Höf­ner), autre­ment connue pour ses har­mo­ni­cas (dont le basique et clas­sique “Marine Band”), il a été inven­té par Ernst Zacha­rias. Il reprend alors le prin­cipe du cla­vi­corde (appa­ren­té à la famille des cla­ve­cins), selon deux temps : une mise en vibra­tion de la corde, puis l’ar­rêt de la réso­nance par un sys­tème d’é­touf­foir de feutre ou de laine. Il en résul­tait donc un son bref, inci­sif, nasal et percutant. Le reste, c’est-à-dire essen­tiel­le­ment l’am­pli­fi­ca­tion, était assu­rée par un dis­po­si­tif de…